La programmation de l’été

Logo des ateliers 29


Aux ateliers, au parc Chevrier, et sur les quartiers ,
Il fait beau cet été
!

Avec un peu de retard, retrouvez toute la programmation de l’espace socioculturel

Suivez toute la programmation de l’espace socioculturel sur le site de la ville d’Arpajon

Les ateliers de Circo Criollo pour toute la famille

Arts du cirque en musique, ateliers créatifs “récup”

Prochaines dates au parc Chevrier jeudi 22 juillet et samedi 28 août de 15 à 17 heures

Bibliothèques de rue et jeux dans les résidences Grouaisons et Bourdan

Du coté des ateliers

Le Réseau d’Échanges réciproques de Savoirs reprend doucement et prudemment en cette période encore troublée.
Vous pouvez retrouvez Mijo et ses soirées jeux le vendredi soir,
Et toujours, les bricoleurs du vendredi après-midi qui se préparent aussi pour le futur chantier.

ANNONCE DU GROUPE MUSIQUE


Le groupe de musique amateur est à la recherche d’un nouveau batteur (ou batteuse), si vous êtes intéressé(e), une batterie est disponible sur place.

Vous n’avez plus qu’à prendre contact ici

Du coté des travaux, déménagement à suivre

Pendant le chantier, les ateliers resteront ouverts.
Au 31 octobre 2021, le déménagement commencera pour laisser la place aux 1ers gros travaux début 2022.

La maison du projet, l’espace socioculturel éphémère

Chantier en site ouvert !
L’accueil et les activités se poursuivront durant toute la durée des travaux (18 mois).
La maison du chantier prendra forme en fin d’année. Le 1er pas de la démarche participative et d’insertion sera un chantier en collaboration avec l’espace d’insertion Repères (Mission Locale).

Cet espace assurera durant toute la durée des travaux l’accueil et l’animation du lieu (la permanence architecturale et l’équipe du 29.31).
Vous voulez en savoir plus… Découvrir toute la démarche participative de ce projet…
Venez ou contactez-nous ici.

A la rentrée, avant démarrage du chantier

EXPOSITION ET ANIMATIONS POST’ART
A partir du 20 septembre, Post’Art s’expose à nouveau aux ateliers. A suivre également, une animation pour le lancement de la 5ème édition.
En savoir plus – c’est ici et ici !

L’association Ateliers29, l’espace socioculturel 29.31

L’association Ateliers 29 est partie intégrante de l’espace socioculturel 29.31.
De cette collaboration, cette newsletter est réalisée et publiée, et vous informe de toute l’actualité de cet équipement partagé.
Plus d’infos sur l’espace socioculturel 29.31 ici

Les ateliers… espace d’accueil et d’accompagnement pour tous
Envie de proposer ou d’animer un atelier ou une animation … Vous avez un projet… Une idée en tête ?
Nous sommes là pour vous accompagner
email – 06.48.53.99.14

Venez rencontrer l’équipe …
Le vendredi aux ateliers c’est animé !
Le vendredi de 15 h à 18 h, c’est le moment de la semaine où plusieurs membres du réseau sont présents pour vous accueillir et vous renseigner.

FLASH INFOS – Enquête auprès des participants

Logo des ateliers 29

L’espace socioculturel 29.31, comprenant les ateliers du 29, la bibliothèque, le comptoir des associations et le service jeunesse entre dans une période de renouvellement du projet global qui fait l’objet d’un agrément de la CAF.

Pour ce faire, nous sommes amenés à réaliser un bilan de l’activité globale du 29.31.
Participants, usagers, utilisateurs des lieux de façon ponctuelle ou régulière, nous vous proposons de contribuer à l’évaluation de ces actions.

Malheureusement, la situation actuelle avec la crise sanitaire ne nous permet pas de nous rencontrer comme nous l’aurions souhaité pour échanger de vive voix et collectivement. Cependant, des ressources s’offrent à nous pour vous permettre de prendre part à cette démarche et enrichir la construction du futur projet.

Nous vous proposons le questionnaire en ligne ci-dessous, et restons à votre disposition, par mail ou par téléphone, pour répondre aux mieux à vos questionnements et demandes.

Évaluation participative du projet du 29.31
Remplir le formulaire

Nous vous remercions par avance de votre contribution et espérons vous accueillir de nouveau dans de bonnes et sereines conditions.

Merci à toutes et tous

L’association Ateliers29, l’espace socioculturel 29.31

L’association Ateliers 29 est partie intégrante de l’espace socioculturel 29.31.
De cette collaboration, cette newsletter est réalisée et publiée, et vous informe de toute l’actualité de cet équipement partagé.
Plus d’infos sur l’espace socioculturel 29.31 ici

Les ateliers… espace d’accueil et d’accompagnement pour tous
Envie de proposer ou d’animer un atelier ou une animation … Vous avez un projet… Une idée en tête ?
Nous sommes là pour vous accompagner.
email – 06.48.53.99.14

Venez rencontrer l’équipe …
Le vendredi aux ateliers c’est animé !
Le vendredi de 15 h à 18 h, c’est le moment de la semaine où plusieurs membres du réseau sont présents pour vous accueillir et vous renseigner.

Confinés, les féminins se sont tout de même rencontrés

Logo des ateliers 29


La reprise des actions et l’accueil de public ne sont malheureusement toujours pas à l’ordre du jour,
Pour autant, et dans l’attente, les équipes du réseau gardent toute leur dynamique.

A l’issue de l’ appel à contributions sur la thématique des droits de la femme, l’espace socioculturel 29.31, l’association et la ville vous proposent une restitution de ces partages enrichissants.

3ème édition Rencontres des fémininsen version numérique

Vous allez trouver là beaucoup de femmes, oui, mais des hommes aussi bien sur…
Cette newsletter vous propose de retrouver les contributions partagées :
Historique, Poétique, Politique, Artistique, Bibliographique, et en Musique !

C’est long…, déroulez, profitez, triez en fonction de vos envies.. !
Merci à tous de nous nourrir et de nous faire grandir

Historique, politique, en musique

Christine,

Il y a tout juste un demi-siècle, Kathrine Switzer courait pour assurer aux femmes le droit de courir. Dans des conditions difficiles, l’Américaine devenait la première femme enregistrée à prendre part au marathon de Boston. La marathonienne de légende, aujourd’hui âgée de 70 ans, a renfilé le dossard pour la 121e édition de la célèbre course.

Claudine, Bella Ciao

Chanson italienne traditionnelle et populaire, d’origine piémontaise, à but protestataire…Bella ciao est avant tout l’hymne des « Mondine ». Ce sont des femmes de toute l’Italie qui, au XIXe siècle, viennent chercher du travail, et donc un salaire, dans les rizières de la plaine du Pô.

Les conditions de travail sont extrêmement pénibles : les moustiques, la longueur des journées, la position , le patron avec son bâton (bastone)… Loin de leur famille, ces femmes travaillent et gagnent un salaire. Cette chanson est donc une façon de lutter et de se motiver.
Les “Mondine” revendiquent de meilleures conditions de travail ; elles obtiendront par exemple la limitation du temps de travail à huit heures par jour. La liberté à laquelle elles aspirent est à entendre plutôt comme un droit de travailler dans des conditions décentes et justes.

Chant de lutte et de revendication, il a été repris par les Résistants lors de la seconde guerre mondiale, avec des paroles modifiées et adaptées au contexte historique.
Il a dépassé les frontières de l’Italie et est encore de nos jours un symbole de lutte. Il peut être entonné lors de manifestations ouvrières ou contre une oppression politique…

L’originale version des “Mondine”
La reprise populaire du chant des partisans

Jean-Claude,

Louise Michel et la commune de Paris

Article


Gunta stölzl et le Bauhaus.

Gunta Stölzl est une tisserande et designer de textiles allemande.
Elle est considérée comme l’un des membres importants du Bauhaus.

Ses œuvres sont exposées dans de nombreux musées, notamment au MoMA de New York1.

.

.

Sophie Magdalena Scholl, née le 9 mai 1921 en Allemagne et exécutée le 22 février 1943 à Munich, est une résistante allemande au nazisme et l’un des piliers du réseau « La Rose blanche » (Die Weiße Rose) avec son frère Hans.

La Rose blanche est le nom d’un groupe de résistants allemands fondé en juin 1942, pendant la Seconde Guerre mondiale, composé de quelques étudiants et de leurs proches. Le groupe est arrêté en février 1943 par la Gestapo et ses membres sont exécutés.

Joel,

Rosa Parks, née le 4 février 1913 à Tuskegee en Alabama et morte le 24 octobre 2005 à Détroit dans le Michigan, est une femme afro-américaine, figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis, surnommée « mère du mouvement des droits civiques » par le Congrès américain.

Elle est devenue célèbre le 1er décembre 1955 à Montgomery (Alabama) en refusant de céder sa place à un passager blanc dans l’autobus conduit par James F. Blake. Arrêtée par la police, elle se voit infliger une amende de quinze dollars. Le 5 décembre 1955, elle fait appel de ce jugement. Un jeune pasteur noir de vingt-six ans, Martin Luther King, avec le concours de Ralph Abernathy, pasteur de la First Baptist Church in America, lance alors une campagne de protestation et de boycott contre la compagnie de bus qui dure 380 jours. Le 13 novembre 1956, la Cour suprême des États-Unis casse les lois ségrégationnistes dans les bus, les déclarant anticonstitutionnelles.

Francine,

Olympe de Gouges
Héroïne révolutionnaire considérée comme l’une des premières féministes françaises, . Née le 7 mai 1748, à Montauban, sous le nom de Marie Gouze, elle choisit de changer son nom pour celui d’Olympe de Gouges. Avide de liberté et de célébrité, elle se rend à Paris avec son petit garçon et rédige ses premiers textes. Plus que jamais inspirée par les événements de la Révolution française, elle publie des ouvrages pour l’égalité des droits et la fin de l’esclavage, jusqu’à sa fameuse Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, rédigée en 1791 à la suite de l’adoption de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, le 26 août 1789. Elle y prône ardemment l’émancipation féminine. Olympe de Gouges s’opposait ouvertement à l’esclavage ou encore à la peine de mort. C’est aussi l’une des premières à exprimer des propositions concrètes en faveur de la démocratie. Ses activités lui valent d’être arrêtée en juillet 1793. Condamnée à mort, Olympe de Gouges monte sur l’échafaud le 3 novembre 1793 à Paris.

Thierry,

Une figure de femme en quelques mots… une femme à qui je vous une admiration profonde

Geneviève de Gaulle-Anthonioz (1920-2002), une jeune fille qui aurait pu se contenter d’être la “nièce de”…Et pourtant… Etudiante et résistante à 20 ans, déportée à Ravensbruck en 1943, elle ne sera libérée qu’en avril 1945. Elle raconte dans un livre bouleversant, “La Traversée de la Nuit”, cette expérience terrible mais aussi l’amitié lumineuse vécue avec Germaine Tillion et ses amies résistantes, au coeur de l’horreur nazie.
Nouveau combat, mais continuité d’une vie engagée contre l’injustice, elle rencontre en 1958 le père Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart-Monde. Elle accompagnera le mouvement pendant plus de trente ans, dans son combat contre la misère et pour le respect de la dignité de tous. Avec elle et le père Joseph, les plus pauvres fouleront les marches de l’ONU, participeront à la création du RMI ou de la CMU. Et l’idée avancera (un peu…) que la misère est d’abord une violation des droits humains fondamentaux.

Jipé,

Être libre avec les autres : Thérèse Clerc, féministe et progressiste

La féministe et militante Thérèse Clerc (1927-2016), lumineuse et attachante. Cette femme engagée, militante et libre, d’une grande vivacité d’esprit,. fut une figure marquante du féminisme par son engagement et également par son œuvre : la « Maison des femmes » de Montreuil.
Thérèse Clerc imagina encore ce projet créatif et unique que furent les « Babayagas », une expérience alternative à la maison de retraite et à l’isolement du maintien à domicile. Il s’agit là d’un merveilleux projet guidé par un vrai sens de l’humain, un projet d’entraide et d’autogestion, permettant à des femmes de rester actives jusque dans leur vieillesse.


Son parcours force le respect et l’admiration. La vie collective rend intelligent et aide à avancer vers un monde plus juste

Du coté de l’art

Où sont les femmes artistes ? par Justine


« Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grands artistes femmes ? » se demandait en 1971 l’historienne de l’art Linda Nochlin, dans un essai où elle analysait les différents obstacles qu’une femme devait affronter pour embrasser une carrière artistique. Mais aussi avant de prouver que des femmes qui avaient surmonté ces obstacles, il y en avait bien eu !
Cette liste n’étant évidemment pas exhaustive, elles ont été bien plus nombreuses : lorsque les musées rouvriront, ouvrez l’œil !


Herrade de Lansdberg (1125-1195)
Les corporations médiévales d’artisans acceptaient les femmes – généralement elles-mêmes filles de peintres ou enlumineurs – en leur sein. Elles sont également nombreuses à exercer en temps que « peintresses » dans les couvents, où elles sont chargés de l’enluminure des manuscrits. Herrade de Lansberg était ainsi mère abbesse de Hohenbourg (Alsace). Autrice et illustratrice, on lui doit la première encyclopédie composée par une femme, l’Hortus Delicarium (Le Jardin des Délices).

Properzia de’ Rossi (1490-1530)
Depuis le XIIe siècle, la taille de la pierre est interdite aux femmes. Motif ? Elles ne seraient pas de taille pour ce travail pénible et salissant. L’interdit s’assouplit à la Renaissance, même si les sculptrices resteront encore longtemps plus rares que les peintres. Properzia de’ Rossi est ainsi la seule femme à laquelle le peintre et écrivain Giorgio Vasari consacre une notice biographique . On sait ainsi par ce biais qu’elle était également graveuse, une partie de son œuvre aujourd’hui perdue. Reste cependant son œuvre sculpté : on peut admirer plusieurs de ses bas-reliefs dans la cathédrale de Bologne, ainsi qu’une représentation de Joseph et la femme de Putiphar exécutée pour l’église San Petronino, toujours à Bologne.

Lavinia Fontana (1552-1614)
La Renaissance voit la séparation entre les statuts d’artisans et artistes. Ces derniers sont désormais formés au sein d’académies, ancêtres des écoles de beaux-arts. Mais contrairement aux corporations, celles-ci sont interdites aux femmes, réduites au travail d’atelier – anonyme- ou bien à se former auprès d’un membre de leur famille -et potentiellement de voir leur œuvre confondue avec celle de leur maître. C’est ce qui aurait pu arriver à Lavinia Fontana, fille et épouse de peintre, mais elle réussit à se forger une carrière indépendante. Portraitiste reconnue, elle est l’une des premières femmes à peindre des nus féminins et des scènes mythologiques, genre « noble » réservé aux hommes.

Artemisia Gentileschi (1593-1652)
Alors que les peintres femmes sont le plus souvent cantonnées au portrait et à la nature morte, Artemisia Gentileschi va non seulement s’attaquer aux sujets religieux, bibliques et mythologiques, mais ne va jamais hésiter à les dépeindre dans toute leur violence. Ses toiles attestent l’influence du Caravage (1571-1610), dont l’œuvre puissante a marqué toute une génération de peintres : clairs-obscurs contrastés, expressivité, absence d’idéalisation. Loin d’être une suiveuse toutefois, Artemisia Gentileschi saura définir un style original. Eelle devient en 1616 la première femme à intégrer l’académie des beaux-arts de Rome.

Elisabeth Vigée-Lebrun (1755-1842)
En France, en 1783, l’Académie royale des arts fixe le maximum de femmes admissibles à… quatre ! – , elles n’ont pas accès aux cours d’anatomie et de modèle vivant nécessaires à la peinture d’histoire. Elles vont donc exploiter au mieux les genres « inférieurs » pour accéder à la reconnaissance. Pour Elisabeth Vigée-Lebrun, ce sont ses qualités de portraitiste qui lui vaudront la renommée : elle devient la première femme Peintre de la Reine et la portraitiste officielle de Marie-Antoinette. Elisabeth Vigée-Lebrun, comme plusieurs de ses consœurs, nous a également laissé des autoportraits au chevalet qui, au-delà de leurs qualités artistiques, jouent un rôle social. En se représentant en artiste, Vigée-Lebrun affirme un statut que la société dénie ou reproche aux femmes. Car la liberté individuelle et économique dont jouissent les femmes artistes qui réussissent n’est pas du goût de tout le monde…

Hélène Bertaux (1825-1909)
La Révolution française aura lieu dans les arts … jusqu’à un certain point ! Les Salons, où étaient jusqu’alors présentées les réalisations des élèves de l’Académie, sont désormais ouverts à tous… et à toutes. Cependant, ce qui est désormais l’école des Beaux-Arts reste interdit aux femmes, qui se forment au sein des académies privées – payantes- qui vont se multiplier tout au long du XIXe siècle. Parmi elles, celle de la sculptrice Hélène Bertaux, qui a créé un atelier de dessin et modelage spécifiquement dédié aux femmes. Mais elle veut aller plus loin : à partir de 1889, Hélène Bertaux milite pour l’accès des femmes à l’enseignement public et gratuit des écoles des Beaux-Arts, ainsi que pour le droit des femmes à concourir au Prix de Rome, qui vaut à son récipiendaire d’être un an pensionnaire à la Villa Médicis. Après une bataille acharnée de 10 ans, les femmes accèdent enfin à la même formation que leurs confrères, en 1898, et peuvent concourir au prix de Rome à partir de 1903. Son combat féministe n’aura cependant pas empêché Hélène Bertaux de mener sa carrière d’artiste : Sa Psyché sous l’emprise du mystère est toujours visible sous la rotonde du Petit Palais !

Hilma af Klint (1862-1944)
L’art abstrait, inventé en 1910 par Vassily Kandinsky ? Et bien non : en 1906, c’est une artiste suédoise qui peint les premières toiles abstraites qui nous soient parvenues. Hilma af Klint va développer une œuvre double tout au long de sa vie : une œuvre figurative post-impressionniste « classique », qui lui permettra de vivre ; et une œuvre abstraite révolutionnaire, inspirée par le spiritisme et la quête spirituelle de l’artiste. Son grand œuvre sera la série du Temple, cycle de 193 tableaux réalisé entre 1908 et 1913. Pourtant, toutes ses œuvres abstraites resteront inconnues de son vivant : estimant que ses contemporains ne seraient pas prêts à recevoir ses œuvres, Hilma af Klint conserva sa vie durant plus de 1200 tableaux en atelier.

Léonora Carrington (1917-2011)
Si le XXe siècle voit l’accès des femmes à la formation artistique et au marché de l’art, les préjugés ont la vie dure. Bien que présentes dans tous les mouvements d’avant-garde du XXe siècle, leur rôle est souvent minoré ou réduit à celui de muse, d’inspiratrice. C’est encore pire lorsqu’il s’agit d’un couple d’artistes et il est difficile encore aujourd’hui pour l’œuvre de Léonora Carrington d’exister en dehors de l’ombre de celle de son compagnon Max Ernst. Peintre, sculptrice et autrice, son œuvre est pourtant extrêmement riche, marquée par le mouvement surréaliste dont elle fût l’une des figures sans toutefois s’y limiter.

Pour en savoir plus :
AWARE – Archives of Women Artists 
MOOC « Elles font l’art » lancé par le Centre Pompidou 
Podcast « Vénus s’épilait-elle la chatte » dédié à l’histoire de l’art au féminin 
Le Dictionnaire Universel des Créatrices 

Katia,

La Vénus de Willendorf, statuette gravée datée d’environ 25000 ans
Les déesses ou Vénus préhistoriques sont très nombreuses. Elles semblent représenter à la fois la féminité et la fertilité, et portent également le symbole de la terre, mère et nourricière…

L’évolution de l’humanité a vu ensuite sa sédentarisation, le développement en société, où l’humain est venu à dominer et domestiquer la nature.

Et je poursuis un peu

JR, artiste contemporain français,  possède la plus grande galerie d’art au monde. Grâce à la technique du collage photographique, il expose librement sur les murs du monde entier, attirant ainsi l’attention de ceux qui ne fréquentent pas les musées habituellement.
A partir de 2008, il a mis en œuvre le projet « WOMEN ARE HEROES » dans différents pays comme Le brésil, la France, le Libéria, le Cambodge…
Photos et vidéos du récit sur le site dédié « Women are heroes »

Ça fait lien pour moi avec la Vénus, les art premiers, l’art pariétal, du pariétal au contemporain… et la femme à travers le monde

Poétique

Flore,
Poème de Paul Eluard – Dans la danse

Pierre,
Couleur femme

Chaque jour affairée à tenir le foyer,
Ménage, lessive, vaisselle, cuisine et repassage,
Éduquer les enfants, et bien d’autres ouvrages,
Et faire les courses, ranger, gérer les papiers…

Chaque jour disponible, toujours prête à veiller,
Volontaire, attentive auprès de l’entourage,
Repérant les soucis, réparant les ombrages,
Réactive, chaleureuse, toujours prête à soigner…

Mais aussi féminine, apportant les nuances,
La douceur, les couleurs, les formes, l’élégance,
Sa présence est finement marquée tout autour,

Mais aussi créative, inspirée du meilleur,
Son action révèle sa beauté intérieure,
Adaptée et subtile, elle rayonne à l’entour.

Pierre Bouvier

Elisabeth,
Viro Major l’hommage de Victor Hugo à Louise Michel

Ayant vu le massacre immense, le combat
Le peuple sur sa croix, Paris sur son grabat,
La pitié formidable était dans tes paroles.
Tu faisais ce que font les grandes âmes folles
Et, lasse de lutter, de rêver de souffrir,
Tu disais : ” j’ai tué ! ” car tu voulais mourir.

Tu mentais contre toi, terrible et surhumaine.
Judith la sombre juive, Aria la romaine
Eussent battu des mains pendant que tu parlais.
Tu disais aux greniers : ” J’ai brûlé les palais !”
Tu glorifiais ceux qu’on écrase et qu’on foule.
Tu criais : ” J’ai tué ! Qu’on me tue ! – Et la foule
Ecoutait cette femme altière s’accuser.
Tu semblais envoyer au sépulcre un baiser ;
Ton œil fixe pesait sur les juges livides ;
Et tu songeais pareil aux graves Euménides.

La pâle mort était debout derrière toi.
Toute la vaste salle était pleine d’effroi.
Car le peuple saignant hait la guerre civile.
Dehors on entendait la rumeur de la ville.
Cette femme écoutait la vie aux bruits confus
D’en haut, dans l’attitude austère du refus.
Elle n’avait pas l’air de comprendre autre chose
Qu’un pilori dressé pour une apothéose ;
Et, trouvant l’affront noble et le supplice beau
Sinistre, elle hâtait le pas vers le tombeau
Les juges murmuraient : ” Qu’elle meure ! C’est juste
Elle est infâme – A moins qu’elle ne soit Auguste “
Disait leur conscience. Et les jugent, pensifs
Devant oui, devant non, comme entre deux récifs
Hésitaient, regardant la sévère coupable.

Et ceux qui, comme moi, te savent incapable
De tout ce qui n’est pas héroïsme et vertu,
Qui savent que si l’on te disait : ” D’où viens-tu ? “
Tu répondrais : ” Je viens de la nuit où l’on souffre ;
Oui, je sors du devoir dont vous faites un gouffre !
Ceux qui savent tes vers mystérieux et doux,
Tes jours, tes nuits, tes soins, tes pleurs donnés à tous,
Ton oubli de toi-même à secourir les autres,
Ta parole semblable aux flammes des apôtres ;
Ceux qui savent le toit sans feu, sans air, sans pain
Le lit de sangle avec la table de sapin
Ta bonté, ta fierté de femme populaire.
L’âpre attendrissement qui dort sous ta colère

Ton long regard de haine à tous les inhumains
Et les pieds des enfants réchauffés dans tes mains ;
Ceux-là, femme, devant ta majesté farouche
Méditaient, et malgré l’amer pli de ta bouche
Malgré le maudisseur qui, s’acharnant sur toi
Te jetai tous les cris indignés de la loi
Malgré ta voix fatale et haute qui t’accuse
Voyaient resplendir l’ange à travers la méduse.

Tu fus haute, et semblas étrange en ces débats ;
Car, chétifs comme tous les vivants d’ici-bas,
Rien ne les trouble plus que deux âmes mêlées
Que le divin chaos des choses étoilées
Aperçu tout au fond d’un grand cœur inclément
Et qu’un rayonnement vu dans un flamboiement.

Victor Hugo Décembre 1871

En musique

Claude,
Grand Corps Malade, Mesdames

Veuillez accepter mesdames ces quelques mots en hommage
A votre gente que j’admire qui crée en chaque homme un orage.
Au cinéma ou dans la vie, vous êtes les plus beaux personnages
Et sans le vouloir vous tenez nos coeurs et nos pensées en otage
Veuillez accepter mesdames cette déclaration
Comme une tentative honnête de réparation
Face au profond machisme de nos coutumes, de nos cultures
Dans le grand livre des humains, place au chapitre de la rupture
Vous êtes infiniment plus subtiles plus élégantes et plus classe
Que la gente  masculine qui parle fort, prend toute la place.
Et si j’apprécie des deux yeux quand tu balances ton corps
J’applaudis aussi des deux mains quand tu balances ton porc
Derrière chaque homme important se cache une femme qui l’inspire
Derrière chaque grand être humain précède une mère qui respire
La femme est l’avenir de l’homme écrivait le poète
Eh bien l’avenir s’est installé et depuis belle lurette
Vous êtes nos muses, nos influences, notre motivation et nos vices
Vous êtes Simone Weil, Marie-Curie, Rosas Parks, Angela Davis
Vous êtes nos mères, vous êtes nos sœurs,
Vous êtes caissières, vous êtes docteurs
Vous êtes nos filles puis nos femmes,
Nous on vacille pour notre flamme.
Comment ne pas être en admiration et sans commune mesure
Pour celles qui portent et fabriquent pendant neuf mois notre futur
Pour celles qui cumulent plusieurs emplois et ce sans sourciller
Celui qu’elles ont dans la journée, et le plus grand mère au foyer.
Veuillez accepter, mesdames, cette réelle admiration
De votre force, votre courage,  votre détermination
Veuillez accepter,  mesdames, mon aimable faiblesse
Face à votre fragilité, votre empathie, votre tendresse
Veuillez accepter mesdames cette petite intro
Car l’avenir appartient à celles qu’on aime trop
Et, pour ne pas être taxé de premier degré d’anthologie
Veuillez accepter, mesdames,  cette délicate démagogie.

Bibliographique ! (pour tous les âges!)

Flore,
Coup de cœur lecture : Clarissa PINKOLA ESTES
Femmes qui courent avec les loups – Histoires et mythes de l’archétype de la femme sauvage
Chaque femme porte en elle une force naturelle, instinctive, riche de dons créateurs et d’un savoir immémorial.
Clarissa Pinkola Estés nous propose de retrouver cette part enfouie, pleine de vitalité et de générosité, vibrante, donneuse de vie. A travers des ” fouilles psycho-archéologiques ” des ruines de l’inconscient féminin, en faisant appel aux traditions et aux représentations les plus diverses, elle ouvre la route et démontre qu’il ne tient qu’à chacune de retrouver en elle la Femme sauvage.

Les coups de cœur de Sophie (et pas les malheurs!)

La femme invisible, Caroline Criado Perez, disponible à la médiathèque Mauriac de Sainte Geneviève des Bois,

Bienvenue dans un monde fait pour les hommes. Imaginez un monde où votre téléphone portable vous glisse des mains parce qu’il est trop grand, où vous faites la queue des heures pour aller aux toilettes, où les médicaments que l’on vous prescrit peuvent être mauvais pour votre corps, et où un grand nombre de vos heures travaillées ne sont pas payées…
Si l’un de ces scénarios vous est familier, c’est sans doute que vous êtes une femme.

Cela semble incroyable, mais c’est pourtant une réalité : la plupart des infrastructures et équipements que l’on utilise quotidiennement ont été pensés sans égard aux différences entre les sexes. Pourquoi ? Parce que ce sont des hommes qui ont imaginé le monde dans lequel on vit, et qu’ils l’ont imaginé pour des hommes, à leur image.
Ainsi, si les femmes ont souvent froid sur leur lieu de travail, c’est parce que la température des bureaux est basée sur le métabolisme d’un homme. Si elles sont plus susceptibles d’être gravement blessées lors d’accident de la route, c’est parce que les tests de sécurité sont effectués sur des hommes d’1,77 m pesant 76 kilos. Enfin, si elles ont davantage de risques de mal réagir à certains médicaments, c’est, encore une fois, parce que les tests scientifiques sont effectués sur des hommes, sans prendre en compte les spécificités du corps féminin.
Tout au long de cette enquête stupéfiante, Caroline Criado Perez montre que les femmes sont tout simplement absentes de la majorité des études statistiques, au détriment de leur santé, de leur sécurité, et parfois même de leur vie.

Les Culottées, Tome 1, Pénélope Bagieu, disponible dans les médiathèques de Cœur d’Essonne et notamment à la bibliothèque d’Arpajon,

Guerrière apache ou sirène hollywoodienne, gardienne de phare ou créatrice de trolls, gynécologue ou impératrice, les Culottées ont fait voler en éclats les préjugés.
Quinze portraits de femmes qui ont inventé leur destin.

Les Culottées Tome 2, Pénéloppe Bagieu, disponible à la médiathèque d’Arpajon,

Rappeuse afghane ou astronaute, reine des bandits ou volcanologue, inventrice ou journaliste d’investigation, les Culottées ne renoncent jamais.
Quinze nouveaux portraits de femmes qui ont bravé tous les obstacles pour mener la vie de leur choix.

Tu seras un homme féministe mon fils, Aurélia Blanc, disponible dans les médiathèques de Morsang sur Orge et La Norville,

Depuis plusieurs décennies, nous réfléchissons au sens de la féminité, à l’éducation de nos filles que nous voulons fières et émancipées. Nous luttons à l’école, dans la rue, auprès de nos familles pour tordre le cou aux clichés et leur offrir des chances égales à celles des garçons. Mais nous continuons d’élever nos fils dans le même moule patriarcal, comme si nous pouvions déconstruire le sexisme sans nous interroger sur la masculinité ! S’appuyant sur des études scientifiques et sur les témoignages de professionnels de l’enfance, Aurélia Blanc, jeune mère et journaliste, décortique les stéréotypes et rassemble tous les outils pour aider les parents à élever leurs garçons de manière antisexiste. Elle décrit comment nos fils, enfermés dans de vieux carcans virils, souffrent d’une vision violente de la masculinité, qui les a conduit au refoulement de leur être, de leurs sentiments et de leurs vraies envies. Adopter une éducation féministe, c’est donner à nos garçons l’opportunité de développer leur singularité et de cultiver une vraie liberté !

La cause des femmes, Gisèle Halimi, disponible dans les médiathèques de Fleury Mérogis et Marguerite Duras de Brétigny sur Orge,

Le livre clé de cette célèbre avocate d’origine tunisienne qui se bat pour le droit des femmes.

.

Quelques livres de la collection sur les femmes de Laure Adler

Les femmes artistes sont dangereuses, Laure Adler et Camille Viéville, disponible à la médiathèque de Saint Michel sur Orge,

« On ne naît pas artiste mais on le devient. Du plus loin qu’on s’en souvienne, l’histoire de l’art a été pensée, écrite, publiée, transmise par des hommes. Et quand on née femme, être artiste, le prouver, y avoir accès, produire, monter, continuer à le demeurer est un combat permanent, dangereux, épuisant physiquement, intellectuellement et psychiquement. Le temps semble aujourd’hui propice pour revisiter et regarder autrement les créations de celles qui ont eu le courage de défier les règles pour assouvir leur vocation. »

Les femmes qui lisent sont dangereuses, Laure Adler et Stefan Bollmann, disponible à la médiathèque Balzac de Sainte Geneviève des Bois,

« Les femmes qui écrivent vivent-elles dangereusement ? Certaines d’entre elles – pour qui l’écriture nécessite solitude, rupture du lien social, repli dans un cercle familial choisi, souffrances intérieures exacerbées, corps négligé, mais cerveau en ébullition – manquent de pitié pour elles-mêmes, meurent jeunes, en pleine lucidité, faisant face aux terreurs suprêmes. »

Les femmes qui écrivent sont dangereuses, Laure Adler et Stefan Bollmann, disponibles dans les médiathèques de Morsang sur Orge et Marguerite Duras de Brétigny sur Orge,

« Les femmes qui écrivent vivent-elles dangereusement ? Certaines d’entre elles – pour qui l’écriture nécessite solitude, rupture du lien social, repli dans un cercle familial choisi, souffrances intérieures exacerbées, corps négligé, mais cerveau en ébullition – manquent de pitié pour elles-mêmes, meurent jeunes, en pleine lucidité, faisant face aux terreurs suprêmes. »

Malala : l’histoire de mon engagement pour le droit des filles, Malala Yousafzai, disponible à la médiathèque d’Ollainville La Roche,

L’histoire vraie de Malala, plus jeune lauréate du prix Nobel de la paix, et de son combat pour l’éducation. Avant de devenir célèbre, Malala était une jeune fille comme les autres qui a simplement osé défendre une cause qui lui tenait à cœur. Dans sa région du Pakistan autrefois si paisible, alors qu’on leur interdit désormais d’aller à l’école, Malala a risqué sa vie pour le droit de toutes les filles à recevoir une éducation. Cette version abrégée de son autobiographie, qui inclut des illustrations, un glossaire, ainsi qu’une chronologie de la vie de Malala, raconte l’histoire remarquable d’une jeune fille qui a refusé de se taire. Malala s’exprime face à la haine pour offrir son message de persévérance et d’espoir.

Adaptation pour la jeunesse
Moi, Malala : je lutte pour l’éducation et je résiste aux Talibans, disponible dans les médiathèques du réseau Cœur Essonne Agglomération,

Il était une fois des femmes fabuleuses, Famille Von Grüt, disponible à la médiathèque de Leuville sur Orge, Larousse jeunesse

De l’aviatrice Hélène Boucher à la militante écologiste Wangari Maathai, de la chimiste Marie Curie à la défenseuse des droits des noirs Rosa Parks…, ce livre raconte la vie de 10 femmes fabuleuses, qui, chacune, se sont illustrées par des actes héroïques, des exploits, des découvertes, une personnalité hors du commun… Outre leur histoire personnelle, elles ont permis de faire évoluer la Société dans laquelle elles vivaient en faisant “bouger les consciences”.

Danielle, partage avec Sophie

Simone Veil, l’imortelle, Pascal Bresson, Hervé Duphot, disponible à la médiathèque de Fleury Mérogis,

Simone Veil, née Jacob, rescapée de la Shoah, a fait de la lutte pour les droits des femmes son combat. Une lutte contre le sexisme, la misogynie et pour la dignité qu’elle porta au sein de l’Assemblée nationale alors qu’elle était ministre de la Santé. Une bataille qu’elle ne cessa jamais de mener. Disparue le 30 juin 2017, elle entre au Panthéon le 1er juillet 2018.

Carole,
En plein Salon du livre jeunesse à St Germain, elle nous partage ces 3 ouvrages, car il n’y a pas d’âge pour en parler et sensibiliser

Blanche neige et les 77 nains de Davide Cali et Raphaëlle Barbanègre

On adore la bouille expressive de Blanche-Neige qui au début est fraîche, guillerette, apaisée et qui petit à petit se transforme en femme au foyer désespérée, complètement déconfite puis à carrément énervée!
On adore le message délivré: les tâches ménagères ne sont pas que dévolues aux femmes n’est-ce pas ? Donc cet album sera idéalement lu aux petits garçons!!! (il faut bien commencer à les préparer avant l’adolescence!). Une adaptation pimpante, inattendue, originale, extrêmement graphique, accrocheuse et superbement réussie !Un album qui ne passe pas inaperçu dans les rayons et croyez-moi, si vous le voyez…foncez ! »

Cendrillon et la pantoufle velue de Davide Cali et Raphaëlle Barbanègre

Humour, loufoqueries, plume pétillante et astucieuse, illustrations jubilatoires, fantaisistes et joyeuses, Cendrillon revisité vous fera craquer car il ne manque, indéniablement, pas de charme! Un regard drôle, contemporain, actuel et surtout très original qui pour ma part m’a beaucoup fait rire! J’ai adoré les couleurs et les dessins réjouissants de Raphaëlle Barbanègre. C’est très explosif, assez comique voire burlesque en soi, très expressif… Bref une réussite ! »

Persepolis de Marjane Satrapi, ce livre m’a bouleversée la première fois que je l’ai lu !
Marjane raconte sa vie, depuis son enfance intrépide dans une famille cultivée et libérale, de l’Iran impérial, jusqu’à son arrivée en France.
L’épopée couvre 30 années d’Histoire (La chute du Shah, la République islamiste, la guerre avec l’Irak) ainsi que son histoire autobiographique avec un exil en Autriche.

La petite bibliothèque féministe de Justine,


Aminder Dhaliwal, Woman World
Une œuvre extrêmement originale, drôle et féministe, qui suscite le rire autant que la réflexion. L’action se déroule dans le futur, alors que les hommes ont progressivement disparu de la surface de la Terre et que les catastrophes écologiques s’enchaînent. Nous suivons la vie d’une communauté de femmes qui vivent, aiment, créent, font des blagues, travaillent, s’inquiètent de leur survie et de celle de l’humanité, fouillent les décombres du monde d’avant à la recherche des traces de la culture du XXIe siècle…

Iris Brey, Le regard féminin – Une révolution des images
Iris Brey théorise le regard féminin, ou female gaze, une façon de filmer les femmes sans en faire des objets, de partager la singularité des expériences féminines avec tous les spectateurs, quel que soit leur genre, et renouveler notre manière de désirer en regardant sans voyeurisme.Des joyaux du cinéma à certaines œuvres plus confidentielles, en passant par quelques séries et films très contemporains, Iris Brey nous invite à nous interroger sur le sens caché des images.

Hubert et Zanzim, Peau d’homme
Dans l’Italie de la Renaissance, Bianca, demoiselle de bonne famille, est en âge de se marier. Ses parents lui trouvent un fiancé à leur goût : Giovanni, un riche marchand, jeune et plaisant. Le mariage semble devoir se dérouler sous les meilleurs auspices même si Bianca ne peut cacher sa déception de devoir épouser un homme dont elle ignore tout. Mais c’était sans connaître le secret détenu et légué par les femmes de sa famille depuis des générations : une « peau d’homme » ! Elle peut désormais visiter incognito le monde des hommes et apprendre à connaître son fiancé dans son milieu naturel. Mais dans sa peau d’homme, Bianca s’affranchit des limites imposées aux femmes et découvre l’amour et la sexualité.

Cinzia Arruzza, Tithi Bhattacharya, Nancy Fraser, Le féminisme pour les 99 %
Les grèves des femmes qui se multiplient aujourd’hui en Argentine, en Pologne, aux États-Unis ou ailleurs s’emparent de ces problématiques et témoignent du fait que les revendications féministes ne sont pas isolées de celles d’autres mouvements. Et c’est tout l’enjeu de ce manifeste, inspiré par ces nouveaux mouvements féministes : face à un système néolibéral qui concentre toutes les aliénations, injustices et inégalités et instrumentalise certaines luttes sociales pour servir ses velléités impérialistes et engranger le plus de profits possible, le féminisme doit repenser son agenda théorique comme militant.

Titiou Lecoq, Libérées ! Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale
« Un jour, je me suis demandée : pourquoi est-ce moi qui ramasse les affaires qui traînent ? Je n’ai trouvé qu’une seule réponse. Parce que je suis une femme qui vit avec un homme et deux enfants et que, conséquemment, les corvées, c’est pour ma gueule.
Être une femme, ce n’est pas seulement l’idéal de minceur et de cheveux qui brillent, c’est le souci permanent des autres et du foyer, c’est être sans cesse ramenée à la saleté, aux taches, à la morve. L’égalité serait déjà là, mais les femmes conservent la conviction intérieure qu’elles doivent s’occuper de tout et tout le monde, et d’elles en dernier, s’il reste cinq minutes à la fin de leur triple journée.


Tillie Walden, Dans un rayon de soleil
Aux confins de l’espace, Mia s’engage sur un vaisseau dont l’équipage restaure des structures architecturales du passé. Alors qu’elle semble y trouver une nouvelle famille, ses souvenirs refont surface cinq ans auparavant, elle a rencontré Grace au pensionnat et en est tombée éperdument amoureuse…

Liv Stomqüist, I’m every woman
C’est d’épouses, fiancées et copines dont il est question dans ce livre… Madame Elvis Presley, Madame Joseph Staline, Madame Jackson Pollock… et plein d’autres.
Réunies par un seul et même destin : être les victimes d’hommes incapables de se comporter de façon normale et raisonnable avec leur partenaire. Qui étaient vraiment ces femmes et comment leur désir de vivre un amour romantique a pu pourrir à un tel point toute leur existence ?

Sans oublier la presse !
Revue La Déferlante (https://revueladeferlante.fr/)
Magazine Women Who do Stuff (https://www.womenwhodostuff.com/ )
Magazine Deuxième Page ( https://www.deuxiemepage.fr/ )
Les Ourses à Plumes  (https://lesoursesaplumes.info/ )

Brigitte,

Buste féminin tout frais, pas encore passé en cuisson

L’association Ateliers29, l’espace socioculturel 29.31

L’association Ateliers 29 est partie intégrante de l’espace socioculturel 29.31.
De cette collaboration, cette newsletter est réalisée et publiée, et vous informe de toute l’actualité de cet équipement partagé.
Plus d’infos sur l’espace socioculturel 29.31 ici

Les ateliers… espace d’accueil et d’accompagnement pour tous
Envie de proposer ou d’animer un atelier ou une animation … Vous avez un projet… Une idée en tête ?
Nous sommes là pour vous accompagner
email – 06.48.53.99.14

Venez rencontrer l’équipe …
Le vendredi aux ateliers c’est animé !
Le vendredi de 15 h à 18 h, c’est le moment de la semaine où plusieurs membres du réseau sont présents pour vous accueillir et vous renseigner.

Début d’année gelé, gelée, couvre-feu-finée, mais le réseau ne lâche rien

Logo des ateliers 29


Les mesures actuelles ne permettent toujours pas la reprise des actions et l’accueil de public,
Pour autant, et dans l’attente, l’équipe du réseau associatif poursuit et s’active.

Ça chauffe dans les chaumières et sous les casques pour prévoir de se retrouver en extérieur avec le printemps bien attendu

D’ici là, les rencontres en Visio se poursuivent et des nouveautés sont à suivre…

Logo des ateliers 29


Les équipes du réseau d’échanges Réciproques de Savoirs vous propose le nouveau diaporama

C’est à suivre (et à ne pas manquer) ici
Plus d’infos? Nous rejoindre? ici


Pour bientôt

Au boulot, en Visio, en décalé, en déroulé et en roulement… Les bénévoles du réseau s’affaire à vous concocter un quizz 29. Il est en préparation et vous sera partagé prochainement.


Les copieurs !

De la poule ou de l’œuf on se saurait dire…
Mais coté 29.31, ça s’affaire aussi sur le renouvellement du projet social pour les 4 années à venir.
Démarche participative, nous allons nous réinventer pour permettre les échanges et le recueil de vos avis et de vos envies.
Pas tout à fait un quizz mais plutôt un sondage, on vous explique tout dans la prochaine newsletter…
Les outils numériques n’auront plus de secrets pour vous !


Trombinoscope de l’atelier musique qui se poursuit courageusement

(Avis aux autres ateliers et bénévoles pour enrichir les visioscope!)

La bibliothèque municipale d’Arpajon, partie intégrante de l’espace socioculturel 29.31, maintient pour le moment ses accueils.
Profitez-en!

En mars, agenda bouclé… ah non ! Bousculé… !

Au regard des conditions sanitaires, on repousse, on s’adapte mais on protège !

Projets à suivre, dès que les temps seront meilleurs :
Post Art, bidons masqués…

Rencontres des féminins

Le festival rencontre des féminins, ne pourra malheureusement pas se dérouler comme prévu en 2021. Néanmoins, la ville d’Arpajon et l’espace socioculturel vous propose un appel à contributions sur la thématique des droits de la femme.

Citation, photos, œuvres de toutes formes, musiques, actualités, initiatives… Nous vous invitons à partager ce qui résonne en résonne en vous sur cette thématique.
Nous vous proposons très librement, par mail ou en message privé via Facebook , de partager vos contributions et de croiser les regards sur ce thème d’ici le 7 mars.

Une restitution des contributions sera proposée sur une prochaine publication

… et pour donner l’exemple, dès à présent une 1ère contribution :

La Vénus de Willendorf, statuette gravée datée d’environ 25000 ans
Les déesses ou Vénus préhistoriques sont très nombreuses. Elles semblent représenter à la fois la féminité et la fertilité, et portent également le symbole de la terre, mère et nourricière…
L’évolution de l’humanité a vu ensuite sa sédentarisation, le développement en société, où l’humain est venu à dominer et domestiquer la nature.

Je partage avec vous cette analogie écologique qui résonne tout particulièrement pour moi en cette époque.

Et le meilleur pour la fin 2021,
Les Réseaux d’Échanges Réciproques de Savoirs (RERS et sa fédération FORESCO) fêteront leur 50ème anniversaire !
Nous commençons à réfléchir pour la participation d’Ateliers 29…

L’association Ateliers29, l’espace socioculturel 29.31

L’association Ateliers 29 est partie intégrante de l’espace socioculturel 29.31.
De cette collaboration, cette newsletter est réalisée et publiée, et vous informe de toute l’actualité de cet équipement partagé.
Plus d’infos sur l’espace socioculturel 29.31 ici

Les ateliers… espace d’accueil et d’accompagnement pour tous
Envie de proposer ou d’animer un atelier ou une animation … Vous avez un projet… Une idée en tête ?
Nous sommes là pour vous accompagner
email – 06.48.53.99.14

Venez rencontrer l’équipe …
Le vendredi aux ateliers c’est animé !
Le vendredi de 15 h à 18 h, c’est le moment de la semaine où plusieurs membres du réseau sont présents pour vous accueillir et vous renseigner.

Les vœux du collectif Ateliers 29

Logo des ateliers 29

Pour 2021, le 29 se met sur son 31 😉

Voici venir le nouvel an,
Rempli d’espoirs, chargé de vœux…
Qu’il apporte un nouvel élan
Et que chacun soit plus heureux !

Voici venir le nouvel an
Et nous pensons à nos amis
Que nous verrons les jours suivants
Et nous serons tous réunis.

Voici venir le nouvel an,
De son côté l’Association
Parmi ses liens polyvalents
Nous souhaite de belles actions.

Pierre Bouvier

Avec cette carte de vœux, nous vous souhaitons une excellente année 2021.
Merci pour tous les moments partagés et ceux à venir…
A bientôt pour de belles retrouvailles en 2021 !

Le collectif Ateliers 29

L’association Ateliers29, l’espace socioculturel 29.31

L’association Ateliers 29 est partie intégrante de l’espace socioculturel 29.31.
De cette collaboration, cette newsletter est réalisée et publiée, et vous informe de toute l’actualité de cet équipement partagé.
Plus d’infos sur l’espace socioculturel 29.31 ici

Les ateliers… espace d’accueil et d’accompagnement pour tous
Envie de proposer ou d’animer un atelier ou une animation … Vous avez un projet… Une idée en tête ?
Nous sommes là pour vous accompagner
email – 06.48.53.99.14

Venez rencontrer l’équipe …
Le vendredi aux ateliers c’est animé !
Le vendredi de 15 h à 18 h, c’est le moment de la semaine où plusieurs membres du réseau sont présents pour vous accueillir et vous renseigner.

Les vœux du collectif Ateliers 29

Logo des ateliers 29

Pour 2021, le 29 se met sur son 31 😉

Voici venir le nouvel an,
Rempli d’espoirs, chargé de vœux…
Qu’il apporte un nouvel élan
Et que chacun soit plus heureux !

Voici venir le nouvel an
Et nous pensons à nos amis
Que nous verrons les jours suivants
Et nous serons tous réunis.

Voici venir le nouvel an,
De son côté l’Association
Parmi ses liens polyvalents
Nous souhaite de belles actions.

Pierre Bouvier

Avec cette carte de vœux, nous vous souhaitons une excellente année 2021.
Merci pour tous les moments partagés et ceux à venir…
A bientôt pour de belles retrouvailles en 2021 !

Le collectif Ateliers 29

L’association Ateliers29, l’espace socioculturel 29.31

L’association Ateliers 29 est partie intégrante de l’espace socioculturel 29.31.
De cette collaboration, cette newsletter est réalisée et publiée, et vous informe de toute l’actualité de cet équipement partagé.
Plus d’infos sur l’espace socioculturel 29.31 ici

Les ateliers… espace d’accueil et d’accompagnement pour tous
Envie de proposer ou d’animer un atelier ou une animation … Vous avez un projet… Une idée en tête ?
Nous sommes là pour vous accompagner
email – 06.48.53.99.14

Venez rencontrer l’équipe …
Le vendredi aux ateliers c’est animé !
Le vendredi de 15 h à 18 h, c’est le moment de la semaine où plusieurs membres du réseau sont présents pour vous accueillir et vous renseigner.

Fin d’année en e-ateliers, en projet pour accueillir janvier

Logo des ateliers 29


Les dernières mesures annoncent des phases d’une
reprise attendue courant janvier 2021,
Dans cette attente, les équipes du 29.31 et de l’association Ateliers 29 poursuivent les réflexions, échanges et ateliers 2.0 de l’année 2020…

Logo des ateliers 29


Les équipes du réseau d’échanges Réciproques de Savoirs poursuivent les rencontres hebdomadaires en visio


EXCLUSIVITÉ !

Le nouveau site internet de Pierre Bouvier où vous pourrez retrouver toutes les œuvres de notre poète…
Pour la visite c’est ici

E-TELETHON jusqu’au 15 décembre

Ateliers 29 a rejoint le e-Téléthon et l’association AVMC (Arpajon Vintage Motorcycle Club) qui s’est lancée dans un défi “Trop Fort” vidéo.

Retrouvez ici la page internet de la ville d’Arpajon dédiée au Téléthon 2020
En exclusivité (ou presque), retrouvez ici Christine dans le Teaser des ateliers du 29.

Ce Téléthon 2020, 100% numérique a besoin d’un large partage et de vos dons par l’intermédiaire de la page de collecte personnalisée et sécurisée.


Des news du projet travaux de l’espace socioculturel

En direct, en visio, en partage… L’avant projet travaux se poursuit

Les rencontres collectives pour le projet travaux se poursuivent, avec des réunions en visio pour permettre la continuité de la concertation avec tous.

Réouverture de la bibliothèque au 1er décembre

La bibliothèque municipale d’Arpajon, partie intégrante de l’espace socioculturel 29.31, est inscrite dans le réseau des médiathèques de Cœur d’Essonne Agglomération.
Le PIB (prêt inter bibliothèque) vous permet de réserver et de faire venir vos ouvrages dans la médiathèque de votre choix…

1er trimestre 2021, un beau programme à suivre

Exposition “BIDONS MASQUES” jusqu’à la fin du mois de février avec une animation famille à suivre.

En mars, agenda bouclé :

  • Animations autour du Salon du livre jeunesse de saint Germain “les livres se mettent au vert”
  • 3ème édition de “Rencontre des féminins”
  • Salon des arts “cultivez votre jardin”
  • Les Zinzarts au lycée Michelet ouvrent la 3ème édition Post’Art. L’occasion pour l’association Ateliers 29 de reprogrammer l’animation du 7 novembre annulée par ce nouveau confinement.

L’association Ateliers29, l’espace socioculturel 29.31

L’association Ateliers 29 est partie intégrante de l’espace socioculturel 29.31.
De cette collaboration, cette newsletter est réalisée et publiée, et vous informe de toute l’actualité de cet équipement partagé.
Plus d’infos sur l’espace socioculturel 29.31 ici

Les ateliers… espace d’accueil et d’accompagnement pour tous
Envie de proposer ou d’animer un atelier ou une animation … Vous avez un projet… Une idée en tête ?
Nous sommes là pour vous accompagner
email – 06.48.53.99.14

Venez rencontrer l’équipe …
Le vendredi aux ateliers c’est animé !
Le vendredi de 15 h à 18 h, c’est le moment de la semaine où plusieurs membres du réseau sont présents pour vous accueillir et vous renseigner.

Site Internet Pierre Bouvier

Dans le cadre de l’Atelier Lire et délire je vous propose une évasion poétique afin de sortir de cette morosité qui nous touche tous.

Je vous invite à vous promener sur mon site :

https://pierre-bouvier.wixsite.com/mysite

Vous y rencontrerez de la poésie sous diverses formes, des pensées et jeux de mots, des charades et devinettes et des petites histoires.

Nous avons tous des valeurs en nous et les mots nous enrichissent, c’est pourquoi je vous incite également à prolonger ce chemin en vous exerçant à l’écrit.

Voici quelques petites pensées, au hasard de mes écrits :

Jouez avec les mots
Et ouvrez votre cœur
Ne soyez pas moqueur.

La ressemblance mobilise,
La différence mobilise,
L’indifférence immobilise.

Quand les mots saignent
Ils nous enseignent,
Quand les mots chantent
Ils nous enchantent,
Quand les mots portent
Ils nous emportent.

Des ateliers à nouveau confinés

Logo des ateliers 29


Vous n’avez pu échapper aux nouvelles mesures de confinement.
Nous avons le regret de vous confirmer qu’à ce jour, toutes les actions du 29.31 : Ateliers bénévoles, animations thématiques, lectures…
sont annulés, mis en pause jusqu’en décembre, au moins.
Nous vous remercions de votre compréhension
Prenez bien soin de vous, des vôtres, et des autres…

Dans cette attente néanmoins, les projets, réflexions et constructions collectives se poursuivent…, essentiellement en mode visio :

Logo des ateliers 29


Les équipes du réseau d’échanges Réciproques de Savoirs se rencontrent en visio :


Au programme, la communication, la mise en place d’ateliers en distanciel, les projets d’expositions, le projet associatif…
Même si les temps sont difficiles, l’association poursuit son action et maintient les liens avec tous, pilotes bénévoles et partenaires locaux.


Des news du projet travaux de l’espace socioculturel

En direct de l’avant-projet travaux, voici les grandes lignes de ce projet de chantier en site ouvert, qui comprend la réhabilitation de la partie ouest du bâtiment, et la reconstruction et l’agrandissement de la partie est, ouverte sur le parc, en harmonisant l’accès aux locaux de la bibliothèque municipale :

Au programme de la concertation : le choix des matériaux pour la façade et la toiture. Deux associations de matières sont envisagées et discutées :
Murs en chaux-chanvre et toiture en tuiles de bois ; Bardage bois pré-grisé et toit en bac acier couleur cuivrée.
Les options permettent d’harmoniser des tons chauds et froids avec le bâtiment existant, la bibliothèque et le parc Chevrier…

Les rencontres collectives pour le projet travaux se poursuivent, avec des réunions en visio pour permettre la continuité de la concertation avec tous.

Atelier terre crue – retour sur expérience

On expérimente pour vous ! 1ers résultats :
Suite à l’atelier terre déroulé le 2 octobre, on observe une légère rétractation / tassement des enduits très épais ainsi que l’apparition de quelques jolies champignons sur les enduits très fibrés à cause de l’humidité du bâtiment. Le temps de séchage a été très long, au vu de la période.
Heureusement, Frédérique nous a envoyé des conseils et il y a plusieurs solutions pour prévenir cela :
– enduire quand il fait chaud et que le séchage est favorisé et plus rapide pour que les moisissures n’aient pas le temps de se développer.
– chercher une formule/ mise en œuvre moins poreuse, plus fermée à l’air sur le parement pour que les fibres soient bien enrobées dans le liant minéral.
– ajouter un peu de chaux au mélange, ce qui rend le terrain très basique.
On va y arriver !!

En bibliothèque… Reprise du “Drive”

La bibliothèque municipale d’Arpajon, partie intégrante de l’espace socioculturel 29.31, est inscrite dans le réseau des médiathèques de Cœur d’Essonne Agglomération.

A ce jour, l’accès au “DRIVE” se remet en place, permettant ainsi aux lecteurs de réserver des ouvrages et de venir les récupérer en utilisant la ligne “vente à emporter” de l’attestation dérogatoire de déplacement.
L’accès au comptoir des associations (copies entre autres), sera également accessible sur rendez-vous.

Réservations et prises de rendez-vous par téléphone
au 01 64 90 75 05
Les mardis et les jeudis de 14 h à 18 h

Récupération des réservations sur place et sur rendez-vous
Le Mercredi de 10h à 12 h et de 14 h à 18 h
Le vendredi de 10h à 12h
Le samedi de 9h30 à 12h30
– Dès ce samedi 7 novembre

Et un petit retour sur la dernière action collective aux ateliers,
Atelier terre modelage en famille
Merci à Mijo et Carole…

L’association Ateliers29, l’espace socioculturel 29.31

L’association Ateliers 29 est partie intégrante de l’espace socioculturel 29.31.
De cette collaboration, cette newsletter est réalisée et publiée, et vous informe de toute l’actualité de cet équipement partagé.
Plus d’infos sur l’espace socioculturel 29.31 ici

Les ateliers… espace d’accueil et d’accompagnement pour tous
Envie de proposer ou d’animer un atelier ou une animation … Vous avez un projet… Une idée en tête ?
Nous sommes là pour vous accompagner
email – 06.48.53.99.14

Venez rencontrer l’équipe …
Le vendredi aux ateliers c’est animé !
Le vendredi de 15 h à 18 h, c’est le moment de la semaine où plusieurs membres du réseau sont présents pour vous accueillir et vous renseigner.